Cette semaine, nous nous penchons sur une des berlines sportives japonaises la plus réputée au monde : la Lancer Evolution. Lancée au début des années 90, la « Lancer Evo » n’est pas qu’une simple variante de la Mitsubishi Lancer.

Au delà d’un véhicule de tourisme, l’Evo constitue une des meilleures bases de la compétition automobile. Cette voiture a fait le bonheur de nombreux propriétaires, particuliers ou compétiteurs, et ce pendant plus de 20 ans.

Bien entendu, évoquer la Lancer Evo nous ramène souvent à une comparaison avec sa concurrente directe, la Subaru Impreza. Nous reviendrons sur cette question dans un article à venir.

Présentation, différentes versions et homologation :

Il est important de bien comprendre l’historique de distribution des Evo dans le monde avant de se lancer dans un achat ou un import. Sachez tout d’abord que la Lancer Evolution a été bien moins distribuée en Europe que sa concurrente directe, la Subaru Impreza.

Il faut distinguer 3 variations distinctes (pour les versions de route) :

-Les châssis japonais : VIN à 12 caractères, en provenance directe du Japon.

-Les châssis européens : VIN à 17 caractères, étudiés pour répondre aux réglementations de l’UE (et donc éligible à l’obtention d’un certificat de conformité aussi appelé C.O.C.), à partir de 2004.

-Les châssis américains : VIN à 17 caractères, distribués sur le marché américain principalement (USA et Canada), à partir de l’Evo 8, en conduite à gauche (LHD).

Il n’y a eu aucune Evolution 1 à 7 100% européenne.

Les seules Evolution européennes (hors compétition) en conduite à droite (RHD) sont les versions 8 GSR.  Pour la compétition, il était néanmoins possible d’obtenir une Evo.

La liste suivante de Lancer Evo RHD a officiellement été vendue en Angleterre mais n’en reste pas moins basée sur des châssis japonais (et ne sont donc pas conforme dans l’état à un type de réception européen) :

-Lancer Evo 6 Ralliart (UK)

-Lancer Evo 7 Ralliart (UK)

-Lancer Evo 8 FQ300, FQ340, FQ360, FQ400 et MR (toutes en boite 6)

-Lancer Evo 9 MR et toutes versions FQ

-Lancer Evo 10 (boite manuelle et SST)

Le rôle de Ralliart UK :

Rappelons que Ralliart Europe fut une très célèbre équipe WRC. Mais Ralliart UK est aussi une division de Mitsubishi au Royaume-Uni qui fut le premier importateur officiel de Lancer Evolution en Europe. La distribution de l’Evo a été par la suite reprise par Mistubishi Motors à partir de 2004 (dans 35 pays en Europe).

Vérifications préalables à l’achat : Lancer Evolution VIII GSR

La Lancer Evo 8 GSR est essentiellement dans la continuité de l’Evo 7, avec quelques éléments nouveaux et des évolutions technologiques dont l’apparition du Super-AYC. Les suspensions MacPherson et voies élargies restent presque inchangées. Basée sur l’esthétique de la Lancer Cedia, l’Evo 8 reçoit des pare-chocs et capot retouchés.

Les versions MR-FQ étaient mieux équipées mais aussi plus chères (4000 £ de plus qu’une GSR en 2004). Comme indiqué plus haut, la seule version facilement homologable est la GSR.

Pour trouver une belle Evo 8 :

Comme toujours, un seul conseil à ne jamais négliger : Privilégiez les vendeurs particuliers.  Les revendeurs professionnels (sauf exception), ne sont pas formés à l’achat/vente de ce type de véhicules. La qualité de leur prestation en découle. Idéalement, achetez auprès d’un passionné (membre d’un forum comme le LancerRegister ou EvoOwners).

Connaitre les bases de l’Evo :

La Lancer Evolution est une sportive assez polyvalente. Aussi, les propriétaires peuvent être amenés à les utiliser dans de nombreuses situations. Grâce à une mécanique et une conception éprouvée, les Evo ont gagné une réputation de robustesse. Néanmoins, elles ne sont pas exemptes de quelques défauts. Les points « faibles » de l’Evo 8 (à vérifier en particulier) :

Pompe AYC : située sous la caisse, à l’arrière gauche, elle a tendance à corroder excessivement puis fuir. Un reconditionnement peut couter entre £ 200 et £ 400 en Angleterre

Turbo : comme pour toutes les sportives turbo-compréssées, vérifiez bien l’état du turbo qui est souvent soumis à rude épreuve (notamment si le véhicule est préparé)

-Boite : Bien que réputée très robuste, la boite 5 de la GSR doit être vérifiée (en même temps que le pont et les différentiels)

-Corrosion : Bien que mieux conçus par rapport aux Evo 1 à 6, les châssis d’Evo 8 restent assez peu protégés contre les conditions climatiques anglaises. Aussi, veillez à ce que les soubassements ne soient pas trop attaqués par la corrosion. Une légère surface de rouille est normale et ne doit pas vous faire fuir.

-Triangles / bras de suspension : C’est un élément consommable sur Lancer Evolution (au bout de 10 ans, si ils sont d’origine, ils devront forcément être changés)

-Préparation : redoublez de vigilance pour un véhicule préparé. Les blocs d’origine (forgés), peuvent tenir plus de 400 chevaux, mais leur longévité est tributaire de la qualité des modifications.

Carrosserie et vérifications préalables :

Vérifiez les alignements de carrosserie et montage des joints
Etat de la peinture, éventuelles déformations châssis
Freinage (Disques, plaquettes, étriers et durites)
Jeu dans les roulements
Suspensions qui fuient
Condition de l’huile (moteur turbo)
Soubassements, déformations

Fuites de différentiel ou système AYC
Soulevez les moquettes pour d’éventuelles traces de rouille
Boite à gant, humidité ?

Fonctionnement général moteur :

Fonctionnement témoins ACD
Fumées à l’échappement (à froid et à chaud)
Vérifier le cliquetis qui ne doit pas être excessif (mais normal sur 4G63)
AYC au bout de 5, 10 puis 15 min (un seul témoin doit rester allumé)

Vérification du spray intercooler (il faut être à deux)

Direction en butée, trace de déformation dans les bras/rotules ?

Mouvement excessif du moteur (visualiser dans la baie moteur, au rupteur notamment)

Vérifications en conduite :
Vérification boite (ne doit pas accrocher de trop en rapport au kilométrage)
En 5ième à 3000trs/min, l’embrayage ne doit pas glisser
Passez de la 1ière à la 4ième (en sautant la 2 et la 3), vérifiez un éventuel glissement
Bruit de roulement excessif en 5ième
Vibration, maintien du cap sur fort freinage
Manœuvre en butée, bruit suspects
Bruits de claquements sur routes mauvaises
Fonctionnement turbo (sifflement, linéarité)

Documentation et factures :
Dernier entretien
Entretien de l’AYC
Factures des consommables
Dernière géométrie
Si modifications, reprogrammation et banc de puissance
« Blaxonnage » soubassements
Dernier changement d’embrayage

Pour aller plus loin, consultez le guide Lancerregister.com (en anglais) : http://www.lancerregister.com/art_evobuyersguide.php

Enfin, n’hésitez pas à réagir à l’article si vous avez des corrections ou des suggestions à nous faire part !